Plan de livraison d'entreprises

livraison

Le transport de marchandises en ville est très souvent associé uniquement à l’approvisionnement des commerces. Pourtant les entreprises et les administrations, quels que soient leur taille et leur secteur d’activité, génèrent également un nombre non négligeable de mouvements de marchandises. Très peu cependant sont conscientes de ce qui entre ou sort de leurs bâtiments, pas plus que des modalités de fonctionnement et combien cela leur coûte.

Connu en Angleterre sous le nom de « Delivery and Servicing Plan », le PLE est un document stratégique qui, en optimisant le processus des livraisons/enlèvements, poursuit plusieurs objectifs :

  • Garantir à l’entreprise (comprise ici au sens large d’organisation) les approvisionnements et les enlèvements et ce, dans des conditions optimales ;
  • Diminuer pour l’entreprise les coûts relatifs aux gestions des commandes et aux livraisons. Ces coûts d’exploitation peuvent effectivement être réduits par un groupement des marchandises qui limitera le nombre de mouvements, mais aussi le temps consacré à la réception des marchandises et aux activités d’achat ;
  • Amoindrir les impacts négatifs des livraisons, tels que les émissions de CO2, la congestion et l’insécurité routière.

En 2014, Bruxelles Mobilité a lancé un appel à candidature pour les entreprises souhaitant se lancer dans un Plan de Livraison d’Entreprise (PLE). Depuis, une grande banque, une université et 5 PME actives dans des domaines aussi variés que l’HoReCa, l’épicerie bio ou la construction ont reçu un accompagnement personnalisé pour la rédactions de leur PLE, menant souvent à des mesures concrètes mises en place, telles que la réduction du nombre de fournisseurs, l’utilisation de véhicules moins polluants ou le recours à des coursiers à vélo.

En 2017, le Service Public Régional de Bruxelles entend réaliser l’exercice pour ses propres bâtiments et s’est joint au projet européen BuyZET qui regroupe les villes d’Oslo, Copenhague, Rotterdam, Southampton et Bruxelles et vise à définir conjointement comment modifier les procédures de marchés publics de manière à faciliter l’émergence d’une logistique urbaine durable.